Frédéric-Gaël THEURIAU
Site web de Frédéric-Gaël Theuriau  
  La biographie
  Les travaux de recherche
  Les publications
  => 2017
  => 2016
  => 2015
  => 2014
  => 2013
  => 2012
  => 2011
  => 2010
  => 2009
  => 2008
  => 2007
  => 2006
  => 2005
  => 2004
  => 2003
  => 2002
  => 2001
  => 2000
  => 1999
  => 1998
  => 1997
  => 1996
  Les coupures de presse
  Citations critiques
  Pour commander
  Liens utiles
2006
                                                                                             
                           
  LES PUBLICATIONS EN 2006  
                                                                                     
   Comprendre la poésie sociale, Paris, éd. Connaissances et Savoirs, 2006, 220 pages, 20 euros non franco de port, ISBN 2-7539-0098-1



Introduction : Crise de vers
Chapitre 1 : Des hommes et des femmes de l’antidestin
Chapitre 2 : George Sand et les ouvriers poètes
Chapitre 3 : Savinien Lapointe, chef de file de la « poésie sociale »
Chapitre 4 : Etre femme du peuple et poétesse
Chapitre 5 : Une renaissance éditoriale des poètes sociaux
Conclusion : Les armes de l’intelligence


   « Le Regard social de Paul-Louis Courier », in Gavroche, Evreux, éd. Scoop Presse, juillet-août-septembre 2006, n°147, p. 34-40, 8 euros, ISSN 02-42-9705



1. Les relations de Courier avec les écrivains du peuple
2. D’illusions en désillusions sous le Premier Empire
3. Le pamphlétaire de la Restauration
4. Les origines sociales de Courier
5. L’helléniste
6. La quatrième marche du podium
7. La postérité de Courier

   « Le Blanc dans la Queste del Saint Graal », in Le Blanc en littérature, Bucarest (Roumanie), éd. Est Samuel Tastet, 2006, p. 19-27, 15 euros, ISBN 973-8346-30-4



1. Le « blanc » comme l’un des piliers du système trifonctionnel du monde Indo-Européen
2. L’origine du « blanc » dans la Queste
3. Caractère divin du « blanc » dans la Queste
4. La restauration de l’âge d’or


   « Savinien Lapointe et la religion populaire au XIXe siècle : rapport avec la Russie », in Роэт и ьиьлия (Le Poète et la Bible), Saint Pétersbourg (Russie), Université d’Etat (Faculté des Lettres), 2006, p. 181-185, 20 euros, ISBN 5-8465-0491-4



1. Présentation
2. Les allusions dans l’œuvre poétique de Lapointe
3. L’idéal chrétien dans la trilogie romanesque de Lapointe
4. Conclusion


Actualités  
  Vendredi 17 février 2017, 11h00, Université de Sfax (Tunisie), communication sur « Apport ethnologico-linguistique de Tales of Heritage I & II » à l'occasion du colloque international sur « Hédi Bouraoui entre l'ancien et le nouveau ».

JE SUIS CHARLIE-HEBDO : Sous la Monarchie de Juillet, le poète Savinien Lapointe choisit, dans la poésie sociale « L’Infanticide » (1840), le « tranchant de [son] vers » au sous-entendu « tranchant du fer » comme arme de combat littéraire contre les iniquités de son temps. Par ailleurs, dans la poésie satirique « Les Factieux » (1849), il livra cette pensée magnifique et criante de vérité à propos de la liberté : « La liberté n’est pas une œuvre d’attentat. / Ce n’est pas seulement commettre un fratricide ; / Mais qui tue en son nom devient liberticide ! / Sachez faire accepter, non imposer nos droits. »
Il y a, dans cette sage parole poétique, un écho à l'actualité récente. Premièrement, par une compréhension d'analogie en remplaçant le terme « liberté » par « conviction » au nom de laquelle « celui qui tue en son nom devient » la négation de celle-ci. Deuxièmement, par une compréhension d'opposition puisque ce ne fut point la liberté le moteur des attentats mais au contraire la liberté qui en fut la cible. Quoi qu'il en soit, la liberté ne revient point à faire n’importe quoi n’importe comment. Les évènements des 7, 8 et 9 janvier 2015, les coups reçus par Charlie-Hebdo et les autres, retentissent dans le Monde comme une atteinte à la liberté de pensée, d’expression et même de confession.
La démocratie, avec ses qualités et ses défauts, s’en trouve au contraire renforcée. Ceux qui ont commis cet acte infâme, barbare, raciste, sont incapables de réflexion en ayant été les bras armés de groupuscules mal intentionnés en réalité éloignés des préceptes d’un Dieu miséricordieux. Preuve est faite, une fois encore dans l’Histoire, comme le remarquait déjà à la Renaissance l’Humaniste François Rabelais dans son Pantagruel (chapitre 8), que « science sans conscience n’est que ruine de l’âme ».
Vive la liberté ! Vive la paix ! Vive la diversité !
 
Bouton "J'aime" de Facebook  
   
Publicité  
   
=> Veux-tu aussi créer une site gratuit ? Alors clique ici ! <=