Frédéric-Gaël THEURIAU
Site web de Frédéric-Gaël Theuriau  
  La biographie
  Les travaux de recherche
  Les publications
  => 2017
  => 2016
  => 2015
  => 2014
  => 2013
  => 2012
  => 2011
  => 2010
  => 2009
  => 2008
  => 2007
  => 2006
  => 2005
  => 2004
  => 2003
  => 2002
  => 2001
  => 2000
  => 1999
  => 1998
  => 1997
  => 1996
  Les coupures de presse
  Citations critiques
  Pour commander
  Liens utiles
2013
             LES PUBLICATIONS EN 2013    

   « Avant-Propos : Colloque de 2012 à Sens », « Introduction : Aux origines de ladjectif "prolétarienne" », « Représentation de la cordonnerie dans lœuvre de Savinien Lapointe » et « Conclusion : Une approche non exhaustive », in La Littérature prolétarienne aux XIXe et XXe siècles, Antibes, éd. Vaillant, 2013, 18 euros, ISBN 978-2-916986-49-4



   L'Influence romantique dans l'art académique de Fernand Cormon : l'alliance entre littérature et peinture, Paris, Mon Petit Editeur, 2013, 13 euros, ISBN 978-2-342-00462-5



   La Substantifique Pensée shakespearienne : représentations poétiques, symboliques et imagées du théâtre, Saint-Denis, Edilivre, 2013, 17,50 euros, ISBN 978-2-332-56761-1



   « Marguerite Audoux ou la matière de son livre », in La Belle Epoque des femmes ?, Paris, LHarmattan, 2013, p. 165-176, 21 euros, ISBN 978-2-343-00330-6



   « Des Représentations sociales populaires », in Roland Barthes entre le Maroc et lAilleurs, Tours, éd. AICL, 2013, p. 119-137, 15 euros, ISBN 978-1-490388-99-1


1. La nouvelle critique
2. Le portrait de l
«
apostolat »
3. L'absence de « stratégie collective »
4. La nature « participatrice » du public
5. La non « identification »
6. Le « théâtre populaire »
7. La « poésie populaire »
8. Critique des corrélations illusoires

   « L'Enigme du manuscrit 786 de Bretonneau », in Mémoires, Tours, Académie des Sciences, Arts & Belles-Lettres de Touraine, 2013, t. XXV, p. 43-66, ISSN 1153-1118
 

1. Deux manuscrits de Bretonneau
2. Approche textuelle
   2.1. Transmission et donation du manuscrit 786
   2.2. Titre
   2.3. Datation du texte
   2.4. L'auteur du texte
   2.5. Une orientation nouvelle
3. Approche péritextuelle
   3.1. L'auteur des notes de bas de page
   3.2. Datation du texte et des notes de bas de page
   3.3. Datation de la recopie manuscrite du texte et des notes de bas de page
   3.4. Le copiste du texte et des notes de bas de page
   3.5. La provenance originelle du contenu du texte et des notes de bas de page
   3.6. L'auteur et la datation des notules

4. Epilogue de l'énigme du manuscrit 786 de Bretonneau

Actualités  
  Vendredi 17 février 2017, 11h00, Université de Sfax (Tunisie), communication sur « Apport ethnologico-linguistique de Tales of Heritage I & II » à l'occasion du colloque international sur « Hédi Bouraoui entre l'ancien et le nouveau ».

JE SUIS CHARLIE-HEBDO : Sous la Monarchie de Juillet, le poète Savinien Lapointe choisit, dans la poésie sociale « L’Infanticide » (1840), le « tranchant de [son] vers » au sous-entendu « tranchant du fer » comme arme de combat littéraire contre les iniquités de son temps. Par ailleurs, dans la poésie satirique « Les Factieux » (1849), il livra cette pensée magnifique et criante de vérité à propos de la liberté : « La liberté n’est pas une œuvre d’attentat. / Ce n’est pas seulement commettre un fratricide ; / Mais qui tue en son nom devient liberticide ! / Sachez faire accepter, non imposer nos droits. »
Il y a, dans cette sage parole poétique, un écho à l'actualité récente. Premièrement, par une compréhension d'analogie en remplaçant le terme « liberté » par « conviction » au nom de laquelle « celui qui tue en son nom devient » la négation de celle-ci. Deuxièmement, par une compréhension d'opposition puisque ce ne fut point la liberté le moteur des attentats mais au contraire la liberté qui en fut la cible. Quoi qu'il en soit, la liberté ne revient point à faire n’importe quoi n’importe comment. Les évènements des 7, 8 et 9 janvier 2015, les coups reçus par Charlie-Hebdo et les autres, retentissent dans le Monde comme une atteinte à la liberté de pensée, d’expression et même de confession.
La démocratie, avec ses qualités et ses défauts, s’en trouve au contraire renforcée. Ceux qui ont commis cet acte infâme, barbare, raciste, sont incapables de réflexion en ayant été les bras armés de groupuscules mal intentionnés en réalité éloignés des préceptes d’un Dieu miséricordieux. Preuve est faite, une fois encore dans l’Histoire, comme le remarquait déjà à la Renaissance l’Humaniste François Rabelais dans son Pantagruel (chapitre 8), que « science sans conscience n’est que ruine de l’âme ».
Vive la liberté ! Vive la paix ! Vive la diversité !
 
Bouton "J'aime" de Facebook  
   
Publicité  
   
=> Veux-tu aussi créer une site gratuit ? Alors clique ici ! <=